• Tout ça pour ça PARTIE 9

    PARTIE 9

    Ce n’est qu’après une quinzaine d’heure de garde à vue, qu’Albert est libre, les flics, ont fait une perquisition à son domicile, sa femme venait de rentrer de son travail et étonnée de voir cinq flics frapper à la porte qui hurlaient  dans le couloir de l’immeuble, au vu et au sus de tous les habitants, intrigués de ce qui ce passait.

    Police, ouvrez.

    C’est sans ménagement qu’ils commencèrent à vider les armoires, en disant à madame Grosman  restez la et ne bougez pas en exhibant un papier avec marqué en grand dessus, Ordre de Perquisition.

    Deux policiers, qui devaient être plus gentil que les autres, explique à Madame Grosman, que son mari, leur a apporté un petit paquet de drogue au commissariat et que suite à cela, il l’on placé en garde à vue.

    Chez Madame Grosman, tout est claire, la police n’a rien trouvé de compromettant.

    Elle peut donc ranger ces affaires et un des policiers, lui dit que son mari va bientôt arriver.

    Albert Grosman, sort donc du commissariat et vas directement rejoindre sa femme.

    Les policiers, ont analysés les commentaires fournis par Albert, lors de sa garde à vue et ont bien compris, qu’il s’agît d’un réseau international qui dispose, dans le sac de voyage, des personnes ciblées au départ, leurs saloperies pour les faire passer dans plusieurs pays.

    Une grande enquête démarre, qui risque d’être longue, car les policiers de Londres ne savent pas quel sont ces trafiquants pas comme les autres.

    Ils savent seulement que les truands disposent dans le sac des citoyens leurs drogues dans les gares et aéroports.

    Un plan ce met en route dès le lendemain matin à 9 heures.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :